Batterie HP Pavilion DV7

En réalité notre process fonctionne depuis le début! Mais nous sommes très en amont dans la chaîne de valeur. Nos clients et les clients de nos clients doivent tout d’abord intégrer et assimiler notre technologie innovante. C’est une étape tout à fait normale et incompressible. Cependant, nous produisons et vendons déjà nos nanopoudres pour les tests et qualifications en cours chez nos futurs clients, avec lesquels nous exploitons les retours d’expérience pour améliorer et/ou modifier nos produits. Quand à la disponibilité dans votre téléphone, il va falloir encore patienter encore un peu… Disons pour Noël 2018.

Allez-vous produire vous-même ?

Essentiellement, même s’il est probable que nous proposerons à terme des licences de production à nos plus gros clients. Notre modèle économique reste clairement la production et vente de nos produits. Le réacteur de production par pyrolyse laser que nous avons conçu est déjà de dimension industrielle et peut générer entre 10 et 20 tonnes de nano-poudre par an. Nous produisons aujourd’hui quelques centaines de kilos par an pour un client dans un autre domaine (ndlr : l’amélioration des performances de joints élastomères très hautes performances pour l’industrie des semi-conducteurs). Cela nous permet de renforcer notre expérience industrielle. A moyen terme, notre site de Rambouillet pourra accueillir une quinzaine de réacteurs, soit jusqu’à 300 tonnes/an, ce qui est déjà très significatif. Il faudra néanmoins financer ces appareils qui coûtent près de 2 millions d’euros pièce…

Vous allez nous parler de levée de fonds…

Nous cherchons effectivement 5 millions d’euros pour financer le co-développement des produits avec nos clients et partenaires académiques (ndlr : Nanomakers travaille encore avec le CEA, et de nombreux laboratoires universitaires), notre RD interne, et surtout le développement de l’outil industriel pour lequel nous allons notamment embaucher des ingénieurs et docteurs dans les domaines des matériaux et du génie des procédés. Nous sommes confiants car nous avons véritablement une grande avance technologique, industrielle et commerciale, sur un marché considérable et mondial, estimé à 40 milliards de dollars en 2020. Avis aux investisseurs !

http://www.labatterie.fr/hp-pavilion-dm4-portable-batterie.html Batterie HP Pavilion dm4

http://www.labatterie.fr/hp-pavilion-dm4t-portable-batterie.html Batterie HP Pavilion dm4t

http://www.labatterie.fr/hp-pavilion-dm4x-portable-batterie.html Batterie HP Pavilion dm4x

http://www.labatterie.fr/hp-g32-portable-batterie.html Batterie HP G32

http://www.labatterie.fr/hp-g42-portable-batterie.html Batterie HP G42

http://www.labatterie.fr/hp-g42t-portable-batterie.html Batterie HP G42T

http://www.labatterie.fr/hp-g56-portable-batterie.html Batterie HP G56

http://www.labatterie.fr/hp-g62-portable-batterie.html Batterie HP G62

http://www.labatterie.fr/compaq-presario-cq32-portable-batterie.html Batterie Compaq Presario CQ32

http://www.labatterie.fr/compaq-presario-cq62-portable-batterie.html Batterie Compaq Presario CQ62

http://www.labatterie.fr/compaq-presario-cq72-portable-batterie.html Batterie Compaq Presario CQ72

Un mardi matin en Belgique : en raison d’une grève du rail, on recense plus de 420 kilomètres de files dans tout le pays. Des attentes allant de trois quarts d’heure à plus d’une heure sur les autoroutes, une heure de temps de parcours supplémentaire pour rejoindre Anvers depuis Gand ou Bruxelles depuis Namur. Sur le ring intérieur de Bruxelles, les ennuis ont commencé dès six heures avec un véhicule en panne sur la bande de droite. Sur le ring d’Anvers, on note également des ralentissements après un accident impliquant deux poids lourds. Les files se sont formées plus tôt que d’habitude parce que de nombreux navetteurs ont avancé leur départ en raison des encombrements annoncés, aggravant de ce fait la congestion. Le réseau est totalement paralysé. Une nouvelle journée d’enfer sur les routes.

Une comme on en connaît de plus en plus souvent. D’après les calculs du bureau d’analyse Transport Mobility Leuven, une heure perdue dans les embouteillages coûte 10,58 euros pour une voiture particulière. Pour un camion, ce chiffre passe à 36,37 euros. Le coût total des heures perdues dans les embouteillages peut s’élever certains jours particulièrement saturés à presque 3 millions d’euros. Sans compter les répercussions annexes sur l’environnement ou la santé. Hallucinant. Combien de temps pourrons-nous encore payer la facture ? Et surtout : allons-nous encore supporter longtemps d’être immobilisés dans des embouteillages croissants ? Quelque chose doit changer, mais quoi ?

Find More Bruxelles Articles